Le paysan et son voisin

Un jour, un paysan alla voir son voisin Celui-ci lui demanda : Comment vas-tu ? Aïe ! lui répondit ce dernier ! Très mal ! Je viens de perdre mon cheval, qui vient de s’échapper ! Quel malheur ! Qu’en sais tu ? dit le voisin  Et en effet, le jour suivant, en allant chercher son cheval, le paysan trouva un magnifique étalon, qu’il ramena chez lui. Il alla voir son voisin : Quel beau jour ! Je viens de trouver un magnifique étalon ! Quel bonheur ! Qu’en sais tu ? Lire la suite

L’âne et le puits

Un jour, l’âne d’un fermier tomba dans un puits. L’animal se mit à gémir pitoyablement pendant des heures et le fermier se demandait bien quoi faire. Finalement, il se dit que l’animal était trop vieux et, comme le vieux puits était à sec, il n’était pas très utile de se donner la peine de récupérer l’âne. Il invita donc ses voisins à venir l’aider à enterrer l’âne dans le puits Ils donnèrent force coups de pelletées de terre qu’ils envoyaient dans Lire la suite

Vient de paraître : Histoires de Clowns (coord. Bertil Sylvander)

Le grand public était habitué à ce que les clowns passent leur temps à se faire des blagues, se tendre des pièges et tomber dedans … Avec l’arrivée du clown contemporain, on découvre que les clowns ont des vies plus subtiles et plus riches que ce qu’on imaginait ! Le présent ouvrage témoigne de cette évolution. Ces histoires de clowns, que Bertil Sylvander a mis en scène et mis en forme, racontent comment les clowns font face aux grands enjeux de Lire la suite

La mort de Maurice Halbwachs, par Paul Ricoeur

Extrait du livre de Paul Ricoeur : « Vivant jusqu’à la mort », Le Seuil, 2007 Le dernier livre de Paul Ricoeur, préfacé par Olivier Abel. Les réflexions du philosophe sur la mort, sur sa mort, dans la lignée de toute son oeuvre. « Voir une pensée à l’oeuvre, écrit Abel (p.8), ou plutôt presque en action, avec ce que celle-ci a de fugace, justement, de vulérable et d’éphémère – et de témoignage précieux, intentionnellement laissé par l’auteur ». Paul Ricoeur a écrit ce Lire la suite

Je suis le capitaine de mon âme – William Henley

Poème cité par Nelson Mandela dans « invictus », poème qui, dit-il, l’a aidé à survivre dans les prisons sud-africaines… Dans les ténèbres qui m’enserrent,Noires comme un puits où l’on se noie,Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,Pour mon âme invincible et fière, Dans de cruelles circonstances,Je n’ai ni gémi ni pleuré,Meurtri par cette existence,Je suis debout bien que blessé, En ce lieu de colère et de pleurs,Se profile l’ombre de la mort,Je ne sais ce que me réserve le sort,Mais Lire la suite

Comment vivons nous ?

Discours de commémoration pour le 50ème anniversaire de la Journée mondiale du théâtre écrit par John Malkovich. « Puisse votre travail être puissant et original,Puisse-t-il être profond, touchant, contemplatif et unique.Qu’il nous aide à refléter la question de ce que signifie « être humain »,et que cette réflexion soit guidée par le cœur, la sincérité, la candeur et la grâce.Puissiez-vous dépasser l’adversité, la censure, la pauvreté et le nihilisme, que nombre d’entre vous seront obligés d’affronter.Puissiez-vous être bénis du talent et de Lire la suite

J’ai connu La Dame Bleue…

J’ai connu la Dame BleueQui a glissé de l’autre côté des HorizonsCurieux : avant de lever l’ancre, elle était assise dans son fauteuil ? Etrange : avant de larguer les amarres, elle écrivait une lettre ?Bizarre : avant d’appareiller, elle se baladait dans les près ?Nous avons connu la Dame BleueElle a glissé de l’autre côté des Horizons *** J’ai vu la Dame Bleue Un pas, une éléganceUn petit signe de la mainUne place dans son salonDeux doigts sur la joueUn regard qui se lève, un livre Lire la suite

Le règne de la séduction – Daniel Marcelli

Daniel Marcelli (je l’ai rencontré lors d’une clownanalyse) est un psychiatre qui étudie l’origine de bien des problèmes de notre société d’aujourd’hui. Les enfants et adultes jeunes et moins jeunes d’aujourd’hui ont souvent été élevés par des parents qui n’ont jamais osé leur dire NON. Des parents qui se culpabilisent et n’osent plus exercer l’autorité sur leurs enfants. Marcelli observe, dans une pratique professionnelle longue et riche, que dans ce cas ils préfèrent évoluer vers une forme de pouvoir plus Lire la suite

Voeux 2020 juridiquement contrôlés

Le principe de précaution est inscrit dans la Constitution, tandis que des lois pénales sévères prohibent toute discrimination et toute analyse hérétique de l’histoire contemporaine, sous peine de prison. En outre, le fait de parler d’étrangers ou de certaines communautés pour autre chose que pour en dire du bien est sanctionné des mêmes peines.  Veuillez enconséquence, trouver ci-joint la formulation de mes voeux 2020 établie sous une forme légale avec mon avocat M° Martin au barreau de Paris. Vœux 2020 Lire la suite

Rire, de Dario Fo

«Lorsqu’un enfant naît, ses parents s’empressent de le faire rire, en lui faisant des grimaces. Pourquoi ? Parce que, au moment où il rit, cela signifie que l’intelligence est née. Il a su distinguer le vrai du faux, le réel de l’imaginaire, la grimace de la menace. Il a su voir au-delà du masque. Le rire libère l’homme de la peur. Tout obscurantisme, tout système de dictature est fondé sur la peur. Alors, rions ! » DECOUVRIR LE « SALON ARDENT » Lire la suite

Le Fleuve (Hermann Hesse)

Herman Hesse, dans « Siddharta » « La première chose que le fleuve m’a appris, ce fut à écouter, à écouter d’un cœur tranquille, l’âme ouverte et attentive, sans passion, sans désir, sans jugement, sans opinion. Et le fleuve m’a aussi initié à ce mystère : que le temps n’existe pas. Le fleuve est partout simultanément : à sa source et à son embouchure, à la cataracte, au bac, au rapide, dans la mer, à la montagne : partout en même temps et il n’y a Lire la suite

Dépêche toi de rire …

Jean Tardieu Dépêche-toi de rire il en est encor temps bientôt la poêle à frire et adieu le bon temps. D’autres viendront quand même  respirer le beau temps c’est pas toujours les mêmes mais y a toujours des gens. Sous le premier empire y avait des habitants sous le second rempire y en avait tout autant. Même si c’est plus les mêmes tu t’en iras comme eux tu t’en iras quand même tu t’en iras chez eux. C’est pas moi Lire la suite

Reggiani dit « Enivrez vous » ! (de Baudelaire)

Il faut être toujours ivre. Tout est là : c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. Mais de quoi ? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise… Mais enivrez-vous. Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au Lire la suite

Chagrin d’école, ouvrage de Daniel Pennac

Nos souvenirs d’école, point aveugle de notre société ? Soit on a été bon élève et on le clame haut et fort (on oublie souvent les humiliations), soit on en a honte (ma fille me dit que les bons élèves n’ont pas toujours la cote au collège), soit on a été mauvais élève et on le clame (dans ce cas, Daniel Pennac émet un doute : « Je ne crois pas les anciens cancres. Si l’on guérit parfois de la cancrerie, Lire la suite

« Reliquat », par Odile C.

« Fientes d’oiseaux en pagaille – duvets égarés – canettes de bière éparpillées –  emballages viennoiserie – Sachets tomato-ketchup vidés » « Encagé, enherbé, enroué, enrhumé, endiablé, en-corseté, envenimé, encastré, enserré, entouré, encerclé, en-crotté, enrôlé, enraillé, emboîté, enchaîné, empêtré, enraciné, encabané, encavé, entravé, entortillé, entaillé, enserré, enlacé, endossé, enterré, en dedans, en dehors … » « C’était mon ami.Les racines du châtaigner centenaire te caressent maintenant et pour toujours » Odile Cambrone. Lille, le samedi 14 octobre 2017, journées Nationales de l’architecture, la nature paysagère d’Euralille. Lire la suite

Le « TAC » chez Cézanne !

En fin d’année 2018, avec quelques amis, nous avons renouvelé l’idée de faire du « Tourisme Amical et Culturel » … Et TAC ! L’an dernier, nous avons passé quelques jours dans la même maison autour de Pagnol : excursions dans le massif du Garlaban (où il passait enfant ses journées d’été), visite du « Château de ma mère », lecture d’extraits de livres, visionnage en commun de films de la série Pagnol (« La fille du puisatier », « Manon des Sources », etc.). Et cette année, Cézanne ! Visite Lire la suite

La Lambeau : oser le lire ! On n’en ressort pas le même …

Roman écrit par Philippe Lançon, journaliste chez Libération et Charlie Hebdo, grièvement blessé lors de l’attaque terroriste des frères K., le 7 janvier 2015. De prime abord, ça peut faire peur. On peut se sentir dissuadé de le lire. Je vous y exhorte : lisez le quand-même. Certes, on a raison d’avoir peur. On se dit : l’attentat, les cris, les morts, les blessés … Pas du tout ! Philippe Lançon a vraiment composé un roman d’une grande délicatesse, sans effusion ( !), sans Lire la suite

Les Histoires des anciens pays de l’Est qui me font rire…

A Moscou, dans les années 1950, quand un peintre abstrait se promenait dans la rue, il était suivi par deux figuratifs en civil … Une dame entre dans un magasin à Prague en 1957 : « y a pas de viande ? » – Non, ici, c’est « y a pas de lait ». « Y a pas de viande », c’est en face ! Deux ouvriers sortent de l’usine : « Tu es allé à la dernière réunion du parti ?  » – « Ah ! Mais Lire la suite

« Les conspirateurs du silence », de Marylin Maeso – Bonnes feuilles !

p.28 : On ne laisse pas les barbares franchir les portes de la citadelle on ne négocie pas avec l’ennemi, on s’en débarrasse, car il nous embarrasse. Admettre que l’adversaire puisse soulever des objections pertinentes à nos rencontres en dépit de tout ce qui nous oppose par ailleurs, que l’on puisse gagner à accueillir les opinions discordantes comme une richesse et une manière de renforcer nos propres convictions en leur faisant passer l’épreuve de l’altérité est inconcevable TV le débat comme Lire la suite

« Les conspirateurs du silence », de Marylin Maeso

Comment se parler quand on n’est pas d’accord ? Question cruciale aujourd’hui ! Ose-t-on se parler ? Ou bien ne parle-t-on qu’avec ceux avec qui on est déjà d’accord ? Restons nous dans « l’entre-soi » ? Ose-t-on se contredire ? Accepte-t-on d’être contredit ? En vérité, la colère est la grande amie de la peur … J’ai tellement peur de déchoir devant l’autre, ou pire, devant les autres, car alors, si je déchois, j’aurai l’impression d’être humilié ! Donc il faut absolument que « je gagne » la discussion (comme un Lire la suite