Les Joies du Grand Age, par Oliver Sachs (sans blague !)

In Sunday review
Par OLIVER SACKS
6 Juillet 2013

Quatre vingt ans ! Je n’arrive pas à y croire ! Très souvent, j’ai l’impression que la vie est sur le point de commencer pour réaliser soudain qu’elle va bientôt finir. Ma mère était la seizième de dix-huit enfants, j’étais le plus jeune de ses quatre fils et presque le plus jeune de toute la grande bande des cousins du côté de sa famille. J’étais toujours le plus jeune de ma classe au collège. J’ai conservé ce  sentiment d’être le plus jeune, alors que maintenant, je suis presque la plus vieille personne que je connaisse !
[…]

 

Je suis désolé d’avoir perdu tant  de temps (et de continuer d’en perdre !). Je suis désolé d’être aussi atrocement timide à 80 ans qu’à 20 ans. Je suis désolé de ne pas parler d’autre langue que ma langue maternelle et de ne pas avoir assez voyagé ni connu d’autres cultures comme j’aurais du le faire.
[…]

Mon père, qui a vécu jusqu’à 94 ans, disait souvent qu’à partir de 80 ans, il avait vécu la décennie la plus plaisante de sa vie. Il sentait, comme je commence moi-même à le sentir, non pas un rétrécissement, mais un élargissement de sa vie mentale et de ses perspectives. A 80 ans, on a une longue expérience de la vie, non pas seulement de sa propre vie, mais aussi de celle des autres. On a assisté à des triomphes et à des tragédies, des progrès et des échecs, des révolutions et des guerres, des œuvres grandes ou profondément ambiguës. On a vu se dresser devant soi de grandes théories remises en cause par des faits têtus. On est plus conscient de la fugacité des choses et peut-être de leur beauté.

A 80 ans, on peut considérer les choses sur le temps long et avoir un sens de l’histoire plus vivace, fondé sur l’expérience, ce qui n’est pas possible quand on est plus jeune. On peut imaginer – et ressentir dans sa chair – ce qu’un siècle signifie, ce qu’on ne pouvait pas faire à 40 ou 60 ans. Je ne peux plus considérer qu’un âge avancé soit forcément plus grimaçant, un âge qu’il s’agisse juste d’endurer et auquel il faille juste s’accommoder. Il représente au contraire une période de disponibilité et de liberté, car on est libéré des urgences qu’on vivait jadis ; On devient libre d’explorer ses désirs et de relier ensemble les pensées et les émotions de toute une vie.

J’ai hâte d’avoir 80 ans !

Professeur de neurologie à la faculté de médecine de New-York et auteur de l’ouvrage “Hallucinations”, Oliver Wolf Sacks né le 9 juillet 1933 à Willesden en Londres et mort le 30 août 2015 à Greenwich Village,

Pour ceux et celles qui veulent lire cet article dans sa version originale : 

The Joy of Old Age. (No Kidding.)
In Sunday review
By OLIVER SACKS
JULY 6, 2013

LAST night I dreamed about mercury — huge, shining globules of quicksilver rising and falling. Mercury is element number 80, and my dream is a reminder that on Tuesday, I will be 80 myself.

Elements and birthdays have been intertwined for me since boyhood, when I learned about atomic numbers. At 11, I could say “I am sodium” (Element 11), and now at 79, I am gold. A few years ago, when I gave a friend a bottle of mercury for his 80th birthday — a special bottle that could neither leak nor break — he gave me a peculiar look, but later sent me a charming letter in which he joked, “I take a little every morning for my health.”

Eighty! I can hardly believe it. I often feel that life is about to begin, only to realize it is almost over. My mother was the 16th of 18 children; I was the youngest of her four sons, and almost the youngest of the vast cousinhood on her side of the family. I was always the youngest boy in my class at high school. I have retained this feeling of being the youngest, even though now I am almost the oldest person I know.

I thought I would die at 41, when I had a bad fall and broke a leg while mountaineering alone. I splinted the leg as best I could and started to lever myself down the mountain, clumsily, with my arms. In the long hours that followed, I was assailed by memories, both good and bad. Most were in a mode of gratitude — gratitude for what I had been given by others, gratitude, too, that I had been able to give something back. “Awakenings” had been published the previous year.

At nearly 80, with a scattering of medical and surgical problems, none disabling, I feel glad to be alive — “I’m glad I’m not dead!” sometimes bursts out of me when the weather is perfect. (This is in contrast to a story I heard from a friend who, walking with Samuel Beckett in Paris on a perfect spring morning, said to him, “Doesn’t a day like this make you glad to be alive?” to which Beckett answered, “I wouldn’t go as far as that.”) I am grateful that I have experienced many things — some wonderful, some horrible — and that I have been able to write a dozen books, to receive innumerable letters from friends, colleagues and readers, and to enjoy what Nathaniel Hawthorne called “an intercourse with the world.”

I am sorry I have wasted (and still waste) so much time; I am sorry to be as agonizingly shy at 80 as I was at 20; I am sorry that I speak no languages but my mother tongue and that I have not traveled or experienced other cultures as widely as I should have done.

I feel I should be trying to complete my life, whatever “completing a life” means. Some of my patients in their 90s or 100s say nunc dimittis — “I have had a full life, and now I am ready to go.” For some of them, this means going to heaven — it is always heaven rather than hell, though Samuel Johnson and James Boswell both quaked at the thought of going to hell and got furious with David Hume, who entertained no such beliefs. I have no belief in (or desire for) any post-mortem existence, other than in the memories of friends and the hope that some of my books may still “speak” to people after my death.

H. Auden often told me he thought he would live to 80 and then “bugger off” (he lived only to 67). Though it is 40 years since his death, I often dream of him, and of my parents and of former patients — all long gone but loved and important in my life.

At 80, the specter of dementia or stroke looms. A third of one’s contemporaries are dead, and many more, with profound mental or physical damage, are trapped in a tragic and minimal existence. At 80 the marks of decay are all too visible. One’s reactions are a little slower, names more frequently elude one, and one’s energies must be husbanded, but even so, one may often feel full of energy and life and not at all “old.” Perhaps, with luck, I will make it, more or less intact, for another few years and be granted the liberty to continue to love and work, the two most important things, Freud insisted, in life.

When my time comes, I hope I can die in harness, as Francis Crick did. When he was told that his colon cancer had returned, at first he said nothing; he simply looked into the distance for a minute and then resumed his previous train of thought. When pressed about his diagnosis a few weeks later, he said, “Whatever has a beginning must have an ending.” When he died, at 88, he was still fully engaged in his most creative work.

My father, who lived to 94, often said that the 80s had been one of the most enjoyable decades of his life. He felt, as I begin to feel, not a shrinking but an enlargement of mental life and perspective. One has had a long experience of life, not only one’s own life, but others’, too. One has seen triumphs and tragedies, booms and busts, revolutions and wars, great achievements and deep ambiguities, too. One has seen grand theories rise, only to be toppled by stubborn facts. One is more conscious of transience and, perhaps, of beauty. At 80, one can take a long view and have a vivid, lived sense of history not possible at an earlier age. I can imagine, feel in my bones, what a century is like, which I could not do when I was 40 or 60. I do not think of old age as an ever grimmer time that one must somehow endure and make the best of, but as a time of leisure and freedom, freed from the factitious urgencies of earlier days, free to explore whatever I wish, and to bind the thoughts and feelings of a lifetime together.

I am looking forward to being 80.

Oliver Sacks is a professor of neurology at the N.Y.U. School of Medicine and the author, most recently, of “Hallucinations.”

 

12 Replies to “Les Joies du Grand Age, par Oliver Sachs (sans blague !)”

  1. jaussiomme

    Commentaire d’un « vieux bonhomme » totalement inconscient de son âge très avancé (75!) mais se vivant du matin au lever jusqu’au soir au coucher ,comme en ayant 10 de moins !! physiquement , intellectuellement (peut être une certaine lenteur ??) , avec des projets , des désirs déraisonnables , appréciant les douceurs de la vie ….mais ce que je n’ai pas trouvé dans toutes les belles réactions des uns et des autres …c’est le poids du hasard …le poids de ce qui n’est pas encore écrit et qui peut sonner demain la fin de notre belle histoire …y compris à un moment ou on s’y attend le moins ! …
    Ceux qui croient , pensent que cela est écrit ! donc programmé … Ceux qui habillent l’homme de capacités exceptionnelles de réflexion et de créations par la science biologique , espèrent des « progrès  » sur la longévité …et les agnostiques , les mécréants , les sans idées , s’en remettent au hasard et espèrent tout simplement que cela va encore durer un peu! …
    Mais malgré tout ,reste un grand Mystère !

    Répondre
    1. Bertil Sylvander Post author

      Ce que j’aime beaucoup dans ton commentaire :
      * « Totalement inconscient de son âge très avancé » : Oui, moi aussi ! Lorsque j’arrête de penser à mes désirs et projets, je m’étonne de mon âge avancé ! (alors qu’à l’intérieur, je suis resté un petit garçon)
      * « le poids du hasard » : être arrivé vivant jusqu’à aujourd’hui !
      * « cela dure encore un peu » : encore une minute, Mr le bourreau (disait je sais plus qui)
      * « Un grand mystère » : Victor Hugo aurait dit en mourant : « Enfin, je vais savoir ! »

      Répondre
  2. bernard thirion

    Cause toujours! méthode Coué?
    Perte progressive de la mémoire, sexualité en berne, difficulté à s’adapter à l’informatique envahissante, difficulté à se faire de nouveaux amis et disparition des anciens.
    Bon, d’accord, petits rayons de soleil à savourer, et restes de sérénité permettant d’accepter ces deuils successifs.
    Pardonnez mes doutes sur la beauté de la vieillesse.

    Répondre
    1. Bertil Sylvander Post author

      Oui, tu as raison d’émettre des doutes. Mais convenons que tout ce que tu dis, c’est la perception habituelle, que tout le monde connait. Il me semble important, si on veut traverser cet âge de manière sereine, de chercher un autre point de vue décalé qui nous aide à avancer. Si on se cantonne aux perceptions « naturelles », on risque de se retrouver dans la plainte. Il ne s’agit pas pour moi de rêver ou de me cacher la vérité ou de faire la méthode Coué ! Mais de chercher à faire ce « pas de côté ».
      Alors il y a au moins deux cas :
      * Ou bien on vieillit en « bonne santé » : remercions le ciel de pouvoir vivre dans cet état !
      * Ou bien les fragilités, maladies et souffrances se font jour et s’accumulent, et alors je voudrais trouver dès maintenant une certaine sagesse pour les traverser, les affronter, les transformer. Toute épreuve est une occasion de s’accomplir en tant qu’humain. je l’ai vécu dans ma chair (et dans la chair de ma chair !!)
      En tous cas merci de ta réponse qui m’amène à affiner mon point de vue !
      Amicalement
      Bertil

      Répondre
      1. Bertil Sylvander Post author

        Echanges entre Bertil et Bernard T. (voir ci-dessous)

        Bernard à Bertil :
        Je craignais simplement que ce site d’échange de textes et d’idées que je trouve vraiment intéressant que tu pilotes palisse et ne soit qu’un échange entre gens de « bonne volonté » racontant de belles histoires. D’accord pour le « pas de côté » mais sans oublier la confrontation avec la réalité et le deuil.
        Par contre je suis d’accord avec toi, pas question de s’enfermer dans la victimisation et la plainte.
        Finalement, j’avoue que je ne comprends pas très bien « le pas de côté ». Pour sortir d’un conflit, d’accord, mais devant une épreuve de la vie, c’est moins clair pour moi.
        Très amicalement.
        Bernard

        Bertil à Bernard :
        Je m’éloigne un peu du thème du grand âge pour aller vers le « pas de côté » et évoquer un peu mieux ce que j’entends par là.
        Le cas d’une personne atteinte d’une maladie chronique. Au-delà du sentiment d’injustice, elle a créé un spectacle qui sublime l’épreuve et l’aide à la surmonter. Voici une expérience réelle de transformation du grain de sable en perle. Un ami art-thérapeute, a écrit que « l’art est une souffrance qui se résout en lumière ». Cela n’empêche pas que le quotidien reste difficile.
        C’est un « pas de côté », à toujours inventer et réinventer, avec les succès et les échecs ..
        J’imagine (mais je reste humble !) qu’il pourrait en aller de même avec la vieillesse.
        Le débat continue.
        Ceci dit, moi aussi, je me méfie du « New Age » plein bonne volonté mais trompeur !
        Bertil

        Réponse de Bernard à Bertil

        Bonjour Bertil
        Merci de ta réponse.
        Il me semble que nous parlons presque de la même chose. Je préfère « acceptation constructive de la perte ». C’est ce que pratique admirablement la personne dont tu parles, avec pour elle la difficulté d’une adaptation continue à assumer.

        Répondre
        1. Bertil Sylvander Post author

          Echanges à partir du récit envoyé par Lala sur le Salon Ardent (oct 2018)

          Bertil 1

          Bonjour amis passionnés des contes et qui en connaissez un bout ! Je vous livre une histoire qu’une amie (Lala) m’a envoyée sur mon site « Le salon ardent » et qui m’a plongé dans la perplexité. Voici l’histoire et juste après la réponse que j’ai faite à cette personne. Qu’en pensez vous ?

          « L’histoire se passe au XV ème siècle… en Espagne .
          Une famille vit à la campagne dans la forêt. D’où viennent-ils? Je ne sais. Le couple a de l’éducation, la femme sait écrire, et son mari aussi. Comment cela se fait-il? Je ne sais.
          Ils vivent dans la forêt un peu à l’écart du village.La femme connaît les simples et vient en aide aux villageois.
          Ils ont une fille, …et un petit garçon qui venait de naître peu de temps auparavant.
          Un soir la fillette revenant du bois est témoin des hurlements de rage et de vindicte d’une foule qui s’agite furieusement autour de sa maison. Des villageois , fous de haine, sont venus mettre le feu à leur maison et empêchent les patrents d’en sortir avec le nouveau-né.
          Les parents meurent dans l’incendie avec le bébé . La petite fille, terrorisée, échappe à la foule en colère.
          La maison sera rasée, seules resteront quelques ruines de pierre .
          Le petit seigneur local, en guise de réparation pieuse, protège l’enfant et fait en sorte qu’elle vienne au château. Elle sera placée aux cuisines , elle va y grandir travaillant aux feux, aux épluchures, au tâches variées …et ingrates.
          Elle apprend à y survivre .
          Or il advient qu’elle parvient à quitter le château en cachette, et à retourner sur les ruines de sa maison.
          Des menaces avaient précédé la tragédie, lors sa mère lui avait montré la cachette où se trouvaient les notes, textes et connaissances sur les plantes: derrière une grosse pierre du mur, dans la cave. Elle avait enseigné déjà les plantes à sa fille et voulait qu’en cas de malheur celle-ci puisse protéger ce trésor.
          La fillette retrouve intactes les précieuses documents.
          Nuit après nuit, dès qu’elle le peut, elle retourne dans ses ruines, lis, apprends .
          Un jour enfin, elle quitte le château discrètement comme à son habitude, mais pour ne plus y revenir. Un petit sac et quelques provisions de route préparées à l’avance lui seront utiles pour son voyage.
          Elle marche de longs jours afin de quitter la seigneurie et le théâtre de son drame. Toujours marchant et se cachant,
          elle finit par arriver dans une autre région, où l’accueil est plutôt bon.
          Etrangère, elle trouve à travailler dans une auberge, et commence une nouvelle vie.
          Au fil des années, elle sent peu à peu acceptée .
          Elle aide une personne avec ses connaissances en plantes. Cela se sait, cela se dit, on la demande.
          Hélas, la même haine se déchaîne à nouveau dans cette seigneurie. Etrangère et sorcière, elle est arrêtée , mise aux fers et encagée, avant qu’on ne la charge dans la cale d’un bateau en partance pour un lieu qu’elle ignore.
          Le bateau, pris dans une tempête, n’ira jamais plus loin que les côtes d’Espagne.
          On dit qu’en fond de cale elle était encore harcelée : on l’accusait haineusement de l’avoir ensorcelé et d’avoir déclenché la tempête. Lorsque le bateau prit feu, par une lampe renversée, on la laissa dans la cage, malgré ses appels désespérés, fers aux mains et aux pieds, avant de l’abandonner avec le bateau en flammes »
          « Témoignage histoire des anciens temps »
          Araho

          Ma réponse à Lala

          Bonjour Lala !
          Histoire forte, vraiment ! Merci d’avoir pris le temps de nous la livrer !
          Cependant, je n’arrive pas bien à en comprendre le sens profond ni la leçon de vie qui pourrait y être cachée ? Ce que je perçois, c’est qu’il y a une sorte de fatalité au martyre et à la haine. L’histoire se reproduit inéluctablement. Il y a quelque chose de la tragédie grecque : accomplissement de la malédiction, sans remède, sans action possible de la part du héros. Tout est écrit. Or, dans l’histoire du théâtre et du conte (analysée par exemple par Bruno Bettelheim), la conquête humaine consiste à avoir de plus en plus prise sur son destin. On passe d’Eschyle et Euripide (pour qui la malédiction doit s’accomplir sans que les humains ne puissent changer le cours de l’histoire) à Sophocle où le héros a plus de liberté (selon Romilly). Dans les contes, il y a par exemple le Chaperon rouge du Grimm du début (« le loup se jeta sur la petite fille et la mangea ») à Perrault (intervention du chasseur). J’aime les contes où le héros trouve les moyens de conjurer le sort car ils aident les humains à grandir et à devenir adultes par l’apprentissage de l’action juste.
          Dans ce conte que nous envoies, le fait que la petite fille revienne à la maison de son enfance et apprenne l’art de sa mère ne l’aide en aucune façon à grandir, au contraire ! La leçon est que si elle était restée bien tranquillement au château, rien de cela ne serait arrivé. Si vous voulez rester en vie, ne bougez pas ! Ne cherchez pas dans le passé ! Finalement, pour moi, ça joue à contre sens !
          Mais sans doute y trouves tu autre chose ? Je suis à l’écoute pour continuer le débat.
          Bises
          Bertil

          Réponse d’Agnès (1)

          Bonjour vous deux,
          Ma première question face à ce texte est : est-ce un conte ? Il est présenté comme un « témoignage histoire des anciens temps », d’où vient-il ? Si c’est un témoignage, il devrait citer ses sources ou les témoins en question. Si c’est une histoire, elle peut renvoyer à l’ l’Histoire des anciens temps, ce qui est souvent utilisé pour décrire les contes. Ca peut renvoyer enfin à quelque chose de tout à fait inventé. Donc avant toute chose il serait important d’éclaircir l’origine de ce récit …
          Sinon je suis assez d’accord avec le but moral du conte tel que le décrit Bertil et qui a été très bien mis en valeur par Joseph Campbell où le héros se lance dans une quête qui le transformera et dont il sortira grandi. Le conte n’est pas une leçon de morale au sens où il est ouvert à l’imaginaire et où chacun est libre de puiser ce qui le touche particulièrement. Il est plutôt pour moi un éveilleur de conscience.
          Et tout à fait d’accord avec Pierre pour dire que tous les contes ne se terminent pas bien, en particulier ceux des Grimm, par exemple Dame Trude (où la sorcière transforme la petite en bûche et la lance dans le feu) qu’on pourrait étiqueter conte d’avertissement. Dans ce cas l’idée est de faire peur pour que les enfants ne s’y risquent pas.
          Il y a aussi « l’enfant d’Ingolstadt » dont Pascal Quignard a fait le titre de son dernier livre et qui relate une mère qui bat son enfant en lui frappant le bras, le tue, et l’enterre. Le bras ressort de terre et on doit refaire venir la mère pour qu’elle batte le bras jusqu’à ce qu’il retourne sous terre (Mmm je laisse passer l’ange pour apprécier. l’horreur du tableau…).
          Au contraire de Dame Trude ce conte là me semble dire qu’on n’abattra pas l’homme en le battant et que le bras ressortira toujours pour dire que malgré la destruction du corps l’esprit demeure plus fort. Mais on pourrait aussi s’identifier à la mère et ressentir toute la fureur qu’un puissant éprouve à se voir contesté. L’auditeur reste libre et pourra d’ailleurs s’identifier à l’un ou l’autre suivant les circonstances de sa vie.
          Pour moi la marque du conte est la présence d’un élément magique comme la transformation en bûche, le bras qui sort de terre, ou la parole donnée aux animaux comme dans la cigale et la fourmi qui ne donne aucune morale. On peut tout aussi bien penser que la cigale est une étincelle de joie de vivre et la fourmi une sale avare que le contraire. La Fontaine était plutôt du genre cigale. L’élément magique est ce qui permet de prendre une distance symbolique, de rêver et de transposer aux expériences vécues dans la réalité.
          Le texte que tu proposes à la discussion, Bertil, n’a aucun élément magique. Il est assez brut de décoffrage dans ce qu’il raconte (ce qui ne l’invalide pas en tant que récit, vu que dans la réalité il arrive toutes sortes de choses horribles) mais sans donner aucune précision sur l’époque, le lieu (Espagne, 15ème siècle, c’est vague) ce qui validerait le côté dénonciation ou instructif qu’un témoignage est censé apporter. Je trouve que ce texte ressemble plutôt à une histoire vécue qu’à un conte. Et que la chasse à la sorcière puisse toucher à la fois une mère et sa fille n’a rien d’invraisemblable. Le pouvoir religieux (et peut-être aussi le peuple) aimait bien brûler les femmes à l’époque en Espagne et en Europe.
          Si je devais tirer de cette histoire une morale, je dirais qu’il vaut mieux naître homme que femme. Mais ce n’est pas une solution infaillible. Giordano Bruno n’a pas échappé au bûcher et Galilée l’a évité de peu. Je rejoins l’idée de Pierre que le combat n’est jamais fini contre l’obscurantisme. Et celle de Bertil que si les femmes veulent sauver leur peau mieux vaut ne pas faire de vagues ou alors être extrêmement rusée. Et si possible avoir un pouvoir social.

          Et par rapport au fait de savoir comment considérer cette histoire, j’en reviens à mon interrogation première : quelle est la source d’Araho ?

          Réponse de Pierre (1)

          Ce « conte » est intéressant.
          Selon moi, au-delà de la lecture de la fatalité de la condition de la guérisseuse, il y a surtout celle de la bêtise et l’ingratitude du peuple, qui cherche la sorcière à la fois pour se guérir et à la fois comme responsable de tous ses maux.
          Quand tu fais référence aux contes à héros, tu fais référence en fait aux contes de fée. Ce sont eux qui ont été le plus étudiés. Comme l’a montré Propp ils ont en effet la même base structurelle et constituent un genre assez homogène. Ils ont peut-être aussi une universalité qui traverse les peuples. Et le happy-end n’est pas toujours la règle. Lis le conte complet de la belle au bois dormant. Disney n’a gardé que le début, mais dans la suite du conte, le prince s’avère un homme violent qui bat sa femme et ses enfants et celle-ci doit s’enfuir et se cacher dans la forêt avec eux, perdant sa condition, vivant dans la peur !
          Mais pour avoir bossé ce qu’était le conte pour mon mémoire de master « société et interculturalité » il y a 4-5 ans, le genre conte et son type de corpus va bien au-delà de ce cœur merveilleux, comme des contes facétieux, des contes philosophiques, … (lire « la poétique du conte » de Nicole Bermont). Et la frontière est ténue avec d’autres types de récits comme les mythes. En occident, le mythique (on le voit dans le stage clown et mythe) appartient à la bible ou aux mythes grecs. Il y a donc une frontière plus ou moins claire (les frères Grimm ont d’ailleurs collecté des contes à la recherche de traces de mythes pré-chrétiens, qu’ils n’ont pas trouvés). Mais chez les amérindiens, animistes, les mythes faisant partie de leur vie, s’il y a des récits spécifiquement mythiques, la plupart des contes sont empreints de références mythiques et il est difficile de classer les récits.
          Et puis il y a les légendes. Bien souvent elles viennent de faits réels, qui prennent une dimension de récit fantastique, symbolique qui tient du conte. Nombre de recueils s’appellent « contes et légendes ».
          On est ici face à une histoire qui tient de la légende et du conte philosophique. Pour moi la petite fille a grandi, elle a appris. Elle est devenue indépendante, et malgré le décès de sa mère, il y a eu transmission « secrète ». N’est-ce pas aussi l’idée de l’éducation face à l’obscurantisme, de soigner les maux de la société à travers ceux des gens, même si le combat est difficile et que génération après génération il faut revenir sur le chantier, maintenir des forces de progrès face aux simplifications ? Ce conte s’avère en fait très « maçonnique ».
          Je te remercie de me l’avoir envoyé, il m’a bien fait réfléchir.
          Pierre

          Réponse de Bertil (2)

          Un grand merci à vous deux pour vos contributions !
          C’est tout à fait passionnant et quelle finesse d’analyse de la part de gens comme vous qui travaillez avec cette matière étonnante qu’est le conte.
          Je ne vais pas tout de suite et de nouveau me lancer dans des développements. Je vais laisser un peu maturer !

          Cependant, deux points :
          1. Ce que je retiens là tout de suite :
          · Le fait que naturellement, tous les contes ne se terminent pas « bien »
          · Mais que pour trouver un intérêt en tant qu’humain à les écouter et les raconter, il faut à mon sens qu’ils nous apprennent quelque chose, qu’ils nous fassent « grandir », qu’ils permettent de nous accomplir. Le côté « magique » est en effet un critère de « progrès », même si ce n’est pas l’acte du Héros lui-même qui fasse directement avancer l’histoire. Mais dans ce cas, l’accès à la magie est peut-être une marque que celui-ci est « choisi » par le destin, ou qu’il a mérité cet accès au magique ?
          · Très intéressant aussi le côté maçonnique du conte de Lala souligné par Pierre. Mais pour que le maçonnisme apporte quelque chose à la société des humains, il faudrait d’une part que la transmission continue (ce qui n’est pas le cas ici) et de l’autre qu’elle soit plus collective (peut-être qu’au château du Roi, y avait-il quelque chose de ce genre qui a permis à la jeune fille de partir ?)
          · Pour l’aspect « genre » (homme-femme), je ne suis pas trop d’accord comme leçon du conte, car le père de la petite fille a lui-aussi péri dans les flammes et que c’est le Roi qui a recueilli la fille. Super, cette référence au « pouvoir » caché de la femme ! ça rejoint ce bouquin que Noah m’avait passé : « the clown and the witch ». Pour exercer le pouvoir sans être convaincue d’être des sorcières et brûlées vives, les femmes doivent faire un pas de côté.
          · Très juste, la question de savoir d’où vient ce conte. Je vais en demander un peu plus à Lala sur ça.

          Contribution Pierre (2 )

          En effet, il peut s’agir d’un récit traditionnel, c’est à dire transmis de bouche à oreille. L’histoire est alors polie par ces transmissions, ce qui poli son sens symbolique. L’auteur est multiple et l’histoire est vivante. Et si elle n’a pas de sens, elle n’est plus transmise.
          Il peut aussi s’agir d’une histoire écrite. Il y a alors un auteur. Mais l’histoire n’a pas reçu ces corrections de la transmission. Elle est figée par l’écrit, un peu morte selon Nicole Bermont. Cela n’enlève pas qu’elle puisse être forte et parler au gens, comme les contes d’Andersen. Mais cela peut alors expliquer que l’on ait du mal à trouver un sens symbolique au récit (en version simplifiée par Perrault, une morale, ce qui n’est pas l’objet des contes traditionnels).

          Réponse d’Agnès (3)

          Je trouve très intéressants nos regards croisés et j’attends avec un brin d’impatience le dévoilement des origines de cette histoire-conte-témoignage.

  3. Porché dany

    On aurait presque envie d’y être à 80
    A 67 ans je mesure surtout la chance incroyable que j’ai eue de vivre en quasi bonne santé physique et mentale jusque-là. Dans ces conditions, une longue vie est souhaitable pour toutes les raisons que donne Oliver Sachs. Achille, mort très jeune au combat (certes en héros), jalousait le vieil Ulysse qui était revenu à Ithaque après un long voyage tumultueux mais allait couler ses derniers jours auprès de Pénélope…
    Comme disait Pierre Dac, s’il n’est pas permis de vivre très vieux, qu’on nous laisse naître plus tôt! »

    Répondre
  4. jacqueline CEYTE

    Ce texte m’arrive à point nommé, un vent d’espérance à l’orée de mes 70 ans!
    Merci Bertil

    Répondre
  5. Isabelle Bedhet

    Magnifique ! Me permets tu de partager aux participants du projet artistique gėnėr’action, qui prennent à bras le coeur, si on peut dire le regard de l’âge
    Merci Bertil

    Répondre
    1. Bertil Sylvander Post author

      Bien sûr ! Je pense que si Oliver Sacks a écrit cela, c’est pour que son idée des joies du grand âge soient connue et pratiquée !

      Répondre
  6. Rabia,

    Je pense un extrait d’un de mes fragments en cours d’écriture :
    « …je scrute dans l’éloquence du vieux sage un bout de tranquillité… »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.