La Rose et le Réséda, poème de Louis Aragon

Celui qui croyait au ciel Celui qui n’y croyait pas Tous deux adoraient la belle Prisonnière des soldats Lequel montait à l’échelle Et lequel guettait en bas     Celui qui croyait au ciel Celui qui n’y croyait pas Qu’importe comment s’appelle Cette clarté sur leur pas Que l’un fut de la chapelle Et l’autre s’y dérobât Celui qui croyait au ciel Celui qui n’y croyait pas Tous les deux étaient fidèles Des lèvres du coeur des bras Et tous Lire la suite

Pour écrire un seul vers … Rainer Maria Rilke

Je m’balladais sur les réseaux, le coeur ouvert à l’inconnu. De temps en temps, une pépite ! Celle-ci a été recommandée par Rabia Z. Le mieux est de voir Terzief dire ce poème de Rainer Maria Rilke :  Le voici :  Pour écrire un seul vers, il faut avoir vu beaucoup de villes, d’hommes et de choses, il faut connaître les animaux, il faut sentir comment volent les oiseaux et savoir quel mouvement font les petites fleurs en s’ouvrant le Lire la suite

Philippe Fortioli, Poète, chanteur, diseur …

Philippe Fortioli est venu chanter chez nous le samedi 2 Juin, soirée suspendue à sa voix et à sa présence, soirée d’ouverture et d’élévation où les cœurs vibraient. Ecoutez ses chansons, lisez ses poèmes. http://sitephilippeforcioli.free.fr/mettreunpeudemusique.htm Il dit quelques mots – ou pas – puis ça commence et on ne sait plus où on est ni qui est qui. Puis il finit sa chanson, se détourne presque gêné dans sa barbe. On applaudit et il reprend. Et plusieurs heures après, ce Lire la suite

Le sel, notre compagnon de vie – par Bertil S., 1994

Quand nous vivons les charmes du jeu, le plaisir de la création, la séduction renouvelée et les premiers émois de l’amour, Le sel, c’est ce qui pétille au feu Quand nous vivons la chaleur de l’hospitalité, la force de la fraternité, l’élan de l’amitié et l’amour partagé, Le sel, c’est ce qui donne la saveur Quand nous vivons l’usure du quotidien, les peines du déchirement et l’amour déçu, Le sel c’est ce qui corrode Quand nous vivons la confiance reconstruite, Lire la suite

La perle – du tourment à la lumière, par Bertil S.

Imaginons une huître, posée au fond de l’eau. Bercée par l’eau claire et pure, elle semble sereine dans sa simple vie d’animal, calme, quotidienne et recommencée au rythme de la mer. Puis un jour, un grain de sable s’introduit dans cette huître. Un grain de sable minuscule, qui pourtant lui cause une irritation. Alors que fait l’huître, dans sa sagesse primitive ? Elle commence patiemment à entourer ce grain de sable de nacre, d’un nacre à la fois d’une grande Lire la suite

Silence d’amour – Alfio Antico

Silence d’amour Alfio Antico  Je t’ai aimée dès le berceau, je t’ai donné de la douceur miette après miette. Silence d’amour qui coule dans les veines, il n’est possible de te quitter. Ne pleurez pas, vous, les oliviers : l’amour et la tendresse viennent de loin. Ma joie bien aimée, souffle de mon âme, donne-moi ton coeur, je te donne ma vie. Ma pensée est vide et sans couleur et ce n’est que quand une mère oubliera son enfant que Lire la suite

La vagabonde du parvis d’Anatole (Rabia Z.)

depuis quelques jours elle a pris ses quartiers en bas de chez moi sur le parvis d’Anatole sa silhouette s’active sur ce bout de territoire caddie et sacs plastique son patrimoine elle déplace ses petits riens sur cet espace de la République qui l’a oubliée installation pour la nuit ses cheveux blancs son dos voûté se calent dans son couchage de fortune appuyée contre la porte de l’école maternelle la trace des rires des enfants l’aide à s’endormir je m’approche Lire la suite

Poèmes de Martine Julien – Portrait

Portrait en mouvement Elle ne marche pas elle danse elle a dans ses pas la cadence le vent lui tisse un reflet qu’elle se plaît à décoiffer c’est une enfance un roman une foule de bons sentiments elle a à la main le flambeau qui désigne au ciel les sots     elle ne danse pas elle vole elle a dans ses pieds la frivole la magie qui nous guide et nous hante nous fait perdre le nord et nous Lire la suite

Coulez mes larmes – Isabelle S.

Coulez, mes larmes Coulez, coulez mes larmes Il me faut baisser les armes, Allez, oui coulez mes larmes Je veux entendre votre vacarme, Roulez, roulez chaudes larmes,   Je ne vais pas en faire un drame Sortez, sortez belles larmes Il ne faut pas rompre le charme, Allez-y, ruisselez mes larmes, Et laissez venir à moi le calme Inondez moi donc mes larmes, J’entends le souffle de mon âme, Tout doucement elle s’alarme, Puis reçoit avec joie cette manne Isabelle Lire la suite

Poèmes de Martine Julien – Gâchis

Une onde chaude de tendresse qui se perd une vibration aigue du désir qui se perd un regard comme un appel qui se perd une caresse  d’amante qui se perd une valse muette immobile qui se perd un instant hors du temps un n’importe où un partout une minute entre les devoirs une étreinte entre les frontières étroites du lit un glissement sur le sol froid de la cuisine et qui irradie la maison un interdit un tabou qu’on brise Lire la suite

Surtout ne demande pas ton chemin …

Surtout ne demande pas ton chemin Version du chanteur Rezvani Texte adapté de Rabbi Nehman de Bratslaw (1772-1810) Surtout ne demande pas ton chemin A celui qui le connaît trop bien Car tu ne pourrais t’égarer Donc t’étonner et donc te retrouver C’est comme ça qu’on passe à côté de son jardin enchanté   Pour pénétrer dans ton jardin secret Tu peux y aller par n’importe quel sentier Pourvu que nul ne l’ait connu Un p’tit sentier par comme tous Lire la suite

Vous me dites que j’ai mauvaise mine… (par Robert Lamoureux)

Vous me dîtes que j’ai mauvaise mine (un cadeau de Michel T. Merci Michel !!) Vous me dites,  que j’ai mauvaise mine, Qu’avec cette vie que je mène, je me ruine, Que l’on ne gagne rien à trop se prodiguer, Vous me dites enfin que je suis fatigué. Oui je suis fatigué, mais je m’en flatte. J’ai tout de fatigué, la voix, le coeur, la rate, Je m’endors épuisé, je me réveille las, Mais grâce à Dieu, Monsieur, je ne Lire la suite

« Avoir et être », par Yves Duteil

Une proposition de Patricia D. « Avoir et Etre », par Yves Duteil Loin des vieux livres de grammaire Écoutez comment un beau soir Ma mère m’enseigna les mystères Du verbe être et du verbe avoir… Parmi mes meilleurs auxiliaires Il est deux verbes originaux Avoir et Être étaient deux frères Que j’ai connus dès le berceau Bien qu’opposés de caractères On pouvait les croire jumeaux Tant leur histoire est singulière Mais ces deux frères étaient rivaux Ce qu’Avoir aurait voulu être Lire la suite

« Je crois en l’homme, cette ordure », par Lucien Jacques

Magnifique poème proposé par Claude B.:  Je crois en l’homme … Par Lucien Jacques Je crois en l’homme, cette ordure. Je crois en l’homme, ce fumier, Ce sable mouvant, cette eau morte. Je crois en l’homme, ce tordu, Cette vessie de vanité. Je crois en l’homme, cette pommade, Ce grelot, cette plume au vent, Ce boute-feu, ce fouille merde. Je crois en l’homme, ce lèche sang. Malgré tout ce qu’il a pu faire de mortel et d’irréparable, je crois en Lire la suite

Les bienfaits de la lune, poème de Baudelaire

Proposé par Laura, 17 mai 2017 Voilà un poème de Baudelaire, en prose, qui m’est cher. Parce qu’il parle de la Lune, de ses enfants, de cette douce mélancolie qui parfois nous prend sans raisons évidentes. Parce que comme Baudelaire et comme beaucoup d’autres j’aime  » l’eau, les nuages, le silence et la nuit « . (Quand Laura m’a montré ce poème, j’ai tout de suite pensé à la belle interprétation de Serge Reggiani…, Bertil) La Lune, qui est le caprice Lire la suite

Je m’appelle Charlie, chanson des « Françoises »

Proposée par Matilda, le 17 Mai 2017 Voici une chanson écrite au lendemain de l’attentat de Charlie Hebdo et chantée sur France Inter le 9 janvier 2015… Elle parle de tolérance, de résistance et de France (melting-pote entre nombreuses cultures) ; d’où le titre et le nom que ce sont données ces 4 artistes bien connues et bourrées de talent : les « Françoises » (Camille, Emily Loizeau, Jeanne Cherhal et la Grande Sophie) Très touchante et positive ! https://www.youtube.com/watch?v=_8pEeKYH36g Bertil en Lire la suite

J’attache de la valeur (Erri de Luca)

J’attache de la valeur (Erri de Luca) Poème qui me vient de mes amis Antoine et Christine J’attache de la valeur à toute forme de vie, à la neige, la fraise, la mouche, J’attache de la valeur au règne minéral, à la république des étoiles, J’attache de la valeur au vin, tant que dure le repas, au sourire involontaire, à la fatigue de celui qui ne s’est pas épargné, à deux vieux qui s’aiment, J’attache de la valeur à ce Lire la suite

Hommage à la Vie (Jules Supervielle)

Hommage à la Vie (Jules Supervielle) C’est beau d’avoir élu domicile vivant Et de loger le temps Dans un coeur continu, Et d’avoir vu ses mains Se poser sur le monde Comme sur une pomme Dans un petit jardin, D’avoir aimé la terre, La lune et le soleil, Comme des familiers Qui n’ont pas leurs pareils, Et d’avoir confié Le monde à sa mémoire Comme un clair cavalier A sa monture noire, D’avoir donné visage A ces mots : femme, Lire la suite

Rassemblons notre humanité (Lars Saabye Christensen)

« Rassemblons notre humanité », par Lars Saabye Christensen Le vendredi 22 Juillet 2011, un terroriste originaire de l’extrême droite, Anders Behring Breivik, 32 ans a commis un horrible massacre en Norvège : un attentat à la bombe à Oslo, tuant huit personnes et en blessant quinze autres et une attaque dans un camp de jeunes travaillistes sur l’île d’Utøya, tuant soixante-neuf personnes et en blessant trente-trois.   Quelques jours après ce massacre, le poète norvégien Lars Saabye Christensen a publié un poème Lire la suite