Rassemblons notre humanité (Lars Saabye Christensen)

« Rassemblons notre humanité », par Lars Saabye Christensen

Le vendredi 22 Juillet 2011, un terroriste originaire de l’extrême droite, Anders Behring Breivik, 32 ans a commis un horrible massacre en Norvège : un attentat à la bombe à Oslo, tuant huit personnes et en blessant quinze autres et une attaque dans un camp de jeunes travaillistes sur l’île d’Utøya, tuant soixante-neuf personnes et en blessant trente-trois.

 

Quelques jours après ce massacre, le poète norvégien Lars Saabye Christensen a publié un poème qui a été gravé sur le monument aux morts de la petite ville touchée (ci-contre).
Le voici :

Så samle dine blomster
Så samle dine blomster
i en vid bukett
Samle ditt lys
for å se gjennom mørket
Samle din glede
för a bære all gråt
Samle ditt håp
for a holde pa drømmen
Samle dine tanker
for a tåle all tvil
Så samle ditt menneske
Samle våre medmennesker
Samle oss sammen

Voici ma traduction
Ainsi, rassemble tes fleurs
en un bouquet épanoui
Rassemble ta lumière
pour voir à travers l’obscurité
Rassemble ta joie
pour supporter tes pleurs
Rassemble ton espérance
pour continuer à rêver
Rassemble tes pensées
pour supporter tes doutes
Ainsi rassemble ton humanité
Rassemblons ô humains, mes semblables
Rassemblons-nous

2 Replies to “Rassemblons notre humanité (Lars Saabye Christensen)”

  1. Bertil Sylvander Post author

    J’aime l’étymologie : ça donne du sens !
    René Girard a fondé toute son oeuvre sur l’idée que le mimétisme, la ressemblance poussée à l’extrême (dans la fusion, le non respect de la différence) provoquait les phénomènes de bouc émissaire. Alors que se « ré-ensembler », comme dit Claude, c’est faire tout un travail de reconnaissance de ce qui est différent (en nous, avec l’autre), d’assemblage. C’est étrange comme ça reboucle avec ce que dit Claude : si on ne fait pas ce travail, c’est la haine qui revient.

    Répondre
  2. Claude Broche

    Rassembler, ressembler sont 2 verbes qui se distinguent par une seule voyelle. Il nous faut nous rassembler, nous dit le poète, ce que j’entends comme ré ensembler, se remettre ensemble. Retrouver de l’unité dans les différences.
    Au delà de toutes nos divergences, il nous faut apprendre à voir ce qui nous assemble. Et pour cela, déjà en soi même, rassembler les éléments épars et divisés. Tant qu’en soi même, nous serons divisés, coupables, tant que la haine de soi sévira, il y a aura bouc émissaire, c’est à dire violence, guerre et terrorisme.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.