J’ai des rides, par Marinela Canu, 15 août 2017

Je me suis regardée dans le miroir et j’ai découvert que j’avais beaucoup de rides autour des yeux, de la bouche, du front.

J’ai des rides parce que j’ai eu des amis, et on a ri, on a ri souvent, jusqu’aux larmes, et puis j’ai rencontré l’amour, qui m’a fait essorer les yeux de joie. J’ai des rides parce que j’ai eu des enfants, et je me suis inquiétée pour eux dès la conception, j’ai souri à toutes leurs nouvelles découvertes et j’ai passé des nuits à les attendre.

Et puis j’ai pleuré. J’ai pleuré pour les personnes que j’ai aimées et qui sont parties, pour un peu de temps ou pour toujours, ou sans savoir pourquoi.

J’ai veillé aussi, j’ai passé des heures sans sommeil pour des beaux projets pourtant pas toujours aboutis, pour la fièvre des enfants, pour lire un livre, j’ai veillé aussi pour me lover dans des bras aimants.

J’ai vu des endroits magnifiques, de nouveaux endroits qui ont eu tous mes sourires et mes étonnements, et j’ai revu également d’anciens endroits qui m’ont fait pleurer.

Dans chaque sillon sur mon visage, sur mon corps, se cache mon histoire, les émotions que j’ai vécues et ma beauté plus intime.

Si je devais enlever tout ceci, je m’effacerais moi-même.

Chaque ride est une anecdote de ma vie, un battement de coeur, c’est l’album photo de mes souvenirs les plus importants. »

Cet article rejoint le poème de Robert Lamoureux, allez le lire ! Dépasser la tristesse de vieillir ? allez aussi voir La perle ! Il rejoint aussi coulez mes larmes ! ou Les joies du grand âge

Revenir à la page d’accueil

12 Replies to “J’ai des rides, par Marinela Canu, 15 août 2017”

  1. Michèle M.

    Maladie d’Alzheimer de ma mère, contexte familial difficile, j’y ai laissé tant de plumes et des gouffres d’énergies : les rides ont envahi mon visage et ça me donne une bouille de chouette (ma foi, en tant que sorcière je ne puis qu’accepter).
    Après le décès de ma maman, nouveaux gros soucis. Et ma clowne m’aide à prendre la distance, à traverser les tsunamis et à rester debout.

    Répondre
  2. Bertil Sylvander Post author

    De Bernard T.
    J’ai vraiment beaucoup aimé ce texte gai, serein et délicieux comme surement aussi cette dame.
    Je souhaiterais avancer en âge avec cette clairvoyance et cette acceptation paisible du vieillissement qui ressemble à la vie.
    merci.

    Répondre
  3. Abgrall

    Très beau texte venant d’une belle personne. Les rides sont le parchemin d’une vie pleine de tout. En revanche, le visage qui s’affaisse (sans parler du reste !!) n’est le reflet de rien. Ce n’est vraiment pas intéressant. Mais au fond on s’en fiche, car quand la vie est là dans la prunelle de nos yeux, on est beaux… Eh oui c’est comme ça !
    zazou

    Répondre
  4. Einsweiler Françoise

    Un texte magnifique, très émouvant et je m’y retrouve beaucoup…
    Merci Bertyl
    Bises
    Françoise

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.